Actualités

Accueil > Actualités > Le portrait du mois : Béryl Coutat, une actrice et réalisatrice qui ne lâche (...)

Le portrait du mois : Béryl Coutat, une actrice et réalisatrice qui ne lâche rien !

12 septembre 2017
"Ma passion du cinéma est née quand j’étais gamine. J’adorais me déguiser, faire des petits spectacles entre deux draps, jouer plusieurs personnages. J’étais fascinée par l’idée de vivre plusieurs vies en une seule, comme au cinéma. J’ai pris des cours de théâtre pour accompagner une copine d’école, et finalement, j’ai adoré ça ! J’ai continué à prendre des cours au lycée, avant de rentrer au Conservatoire de Saint-Denis, et de m’inscrire aux Beaux-Arts.
Direction Paris, où je me suis inscrite à une école de théâtre. Au début, pour m’intégrer et trouver ma place, j’ai essayé de faire comme tout le monde… j’ai perdu beaucoup de temps à emprunter le même chemin que les autres. Maintenant j’inscris mon travail dans un univers coloré, décalé et poétique qui me correspond bien.
Je n’avais pas imaginé travailler à La Réunion. Je suis revenue prendre un peu l’air… et je suis restée !
Très vite, on m’a proposé un poste d’assistante réalisatrice sur CUT ! J’ai ensuite bossé sur le Transmedia et puis comme comédienne dans la série. S’il n’y avait pas eu CUT !, je ne serais pas restée à La Réunion. C’est une vraie famille, une expérience incroyablement formatrice et créatrice de vocations. La production prend soin de son équipe, et c’est génial.
Je suis quelqu’un de sincère, d’enthousiaste et de persévérant dans tout ce que j’entreprends. Je ne lâche rien !
Je suis donc passée de l’autre côté de la caméra en réalisant 5 courts-métrages et une série courte TV. La Résidence d’écriture Tout en Auteurs organisée par l’AFR en 2016 à Grand Ilet m’a permis de réécrire mon scénario de premier long-métrage. Je suis même allée à Cannes avec la délégation réunionnaise pour chercher un producteur. C’est important ce que vous faites pour nous à l’AFR. Grâce à vos actions, on se sent moins isolés, plus informés et soutenus. Notre cinéma est unique et sa richesse mérite vraiment qu’on s’y intéresse !"