Actualités

Accueil > Actualités > Découvrez Rayane MRANKODO, un jeune chef opérateur.

Découvrez Rayane MRANKODO, un jeune chef opérateur.

5 décembre 2017



 


" Je suis tombé dans la marmite audiovisuelle un peu par hasard. J’ai commencé des études de géographie à la FAC jusqu’à ce que l’ILOI me contacte… j’avais en effet été retenu pour intégrer l’Institut de l’Image de l’Océan Indien. Mon premier stage, je l’ai effectué auprès de Sylvie Vessière qui était directrice de production sur une série. Emmanuel Gatou, chef opérateur, m’a ensuite formé à la lumière puis au cadre. La réflexion artistique autour de cette série m’a vraiment donné l’envie de poursuivre dans cette voie.


 

Durant ma formation, j’avais une soif d’apprendre et je passais mes week-ends et mes nuits à me documenter sur les techniques de cadrage, sur le matériel…
Diplôme en poche, j’ai approché la société Lithops Films et le studio Acoustik qui m’ont tout de suite embauché. Ce fut très formateur de voir évoluer d’autres chefs opérateurs. J’ai énormément appris en tant que 1er assistant auprès de Christophe Divet qui partage de manière incroyable son savoir-faire. Du haut de mes 25 ans, j’ai eu la chance d’être toujours entouré d’équipes professionnelles et bienveillantes.
La première grosse production à laquelle j’ai participé, c’est Une famille formidable : une aventure incroyable ! J’ai ensuite rejoint Tiktak Production en Afrique du Sud en 2016. Très chouette expérience également. Cette année, j’étais second assistant sur Sauver maman, le film d’Eloise Lang. L’ambiance sur le plateau, avec la 1ère assistante et l’ensemble de l’équipe, était exceptionnelle et je crois que ça restera un de mes plus beaux souvenirs de tournage. 
J’ai aussi travaillé comme premier assistant sur Noir et blanche, le court-métrage de Jean-Laurent Faubourg et comme second assistant sur Scènes de ménages. Le tournage du Prime de la série fut très impressionnant, avec une logistique hors norme, un vrai directeur photo, une recherche d’images très léchées. La moitié de l’équipe était réunionnaise, et tout le monde avait son mot à dire !
Sur un plateau, chaque technicien occupe une place importante. L’humain est primordial. 


 


On m’a souvent dit que pour progresser, il fallait quitter La Réunion. J’ai plutôt envie d’évoluer sur mon île… comme le cinéma évolue ici. J’ai la chance de participer aux grands tournages. J’espère pouvoir bientôt travailler sur un long-métrage réunionnais !

L’Agence Film Réunion met des choses en place pour faire bouger la filière, et c’est très important. Je pense que les Réunionnais ne sont pas encore prêts à acheter une place de cinéma pour un film réunionnais… il faudrait encore plus de festivals afin de faire connaître notre cinéma. 


Dans ce métier, il faut avant tout avoir de la patience, de l’humilité, de la curiosité, et bien sûr avoir l’amour du travail bien fait. C’est un très beau métier, on travaille dans de magnifiques décors naturels, on rencontre de gens qui aiment transmettre leur expérience. Je remercie tous ceux qui m’ont donné la chance d’être là où je suis aujourd’hui. "